Vente immobilière lors d’un divorce : ce qu’il faut savoir


Divers /

Le partage des biens détenus par un couple en plein processus de divorce est un fait habituel. Et le bien immobilier, maison ou appartement, qui constitue le domicile familial est un élément important qui peut engendrer de conflits. Cet article renseigne sur les démarches nécessaires de la vente immobilière si elle est déterminée par le régime matrimonial.

Les étapes à connaitre pour une vente immobilière

Tout comme toute vente de bien, une vente immobilière lors d’un divorce suit les mêmes étapes classiques. Mais pour certaines personnes fragiles, il est possible de confier cette vente à des professionnels de l’immobilier comme reperimmo. En effet, il faudra déterminer au prime abord le prix de vente du bien. À noter que plus le prix est cohérent en fonction des prix du marché, la vente pourrait vite se fait. Ensuite vient l’étape de la mise en vente où l’expertise d’un professionnel est plus recommandée. Pour finir, il y a la vente du bien immobilier. Si elle est conclue, un notaire devra réaliser le remboursement du crédit immobilier éventuel et le reste du montant de la vente sera partagé à chacun, selon l’acte liquidatif du régime matrimonial. Aussi, il est important de savoir que le processus peut durer 3 à 4 mois en moyenne de la signature d’un compromis à celle de l’acte authentique de vente.

Vente rapide d’un bien immobilier : l’idéal en cas de divorce

Une vente rapide de bien immobilier est toujours préférable dans un contexte de séparation de couple. Ainsi, chacun pourra vite repartir de son côté pour aller de l’avant. Pour ce fait, il est nécessaire de fixer le prix de vente en adéquation avec le marché le plus vite possible. Ensuite, il est recommandé de ne pas indiquer aux acheteurs potentiels la raison de la vente du bien immobilier. Certains pourraient ne plus être intéressés, et d’autres n’hésiteront pas à utiliser ce levier pour faire diminuer le montant fixé. Aussi, il est conseillé de confier la vente à un professionnel pour ne pas être impliqué, surtout émotionnellement.