Que dit la loi Pinel à propos de l'investissement immobilier?


Divers /

La loi Pinel est un dispositif de défiscalisation qui permet à tous les investisseurs de pouvoir acquérir un logement avec quelques avantages fiscaux. Que faut-il savoir sur cette loi quand on est investisseur immobilier ?

Loi Pinel : de quoi s’agit-il ?

La loi Pinel est un dispositif de défiscalisation immobilière qui permet à tous les investisseurs de bénéficier d’une réduction de l’impôt sur l’investissement locatif : découvrez le ici. En clair, cette loi permet de déduire de ses impôts un pourcentage du prix d’achat de son investissement locatif. Le prix d’acquisition du bien immobilier incluant les frais de notaire est pris en compte dans la limite de 300 000€ ou de 5500€/m2 habitable. 

Les économies d’impôts sont calculées en fonction de la durée de l’engagement locatif Pinel de l’investisseur. Sous réserve d’acceptation de la mairie, la loi Pinel offre la possibilité de bénéficier d’une exonération partielle ou totale de la taxe foncière. L’acquéreur n’aura pas à régler d’impôt sur les biens immobiliers neufs d’une durée de deux ans. Pour bénéficier de la loi Pinel pour la première fois, il faudra faire une demande écrite à respecter.  

Loi Pinel : quels sont les pourcentages appliqués ?

Pour bénéficier de la loi Pinel, il est important de louer le bien immobilier sur une période d’au moins 6 ans, pouvant  aller jusqu’à 9 ou 12 ans. Toutefois, il faut savoir que 12% du prix d’achat de l’impôt est déduit sur un engagement locatif de 6 ans. En louant pour une durée de 9 ans, l’investisseur économise 18% du prix d’achat. Si la location est faite sur 12 ans, il bénéficie d'une réduction sur l’impôt de 21, dans la limite de 63000€. 

La loi Pinel est un dispositif qui permet de préparer aisément sa retraite sans être touché par l’impôt. Avec cette loi, plus les années passent, moins l’impôt est important. Toutefois, il faut souligner que la loi Pinel a pour but d’encourager les investisseurs à construire des logements neufs dans les zones dites « tendues », où la demande en logements locatifs est supérieure à l’offre disponible.